Archives de Catégorie: Voix citoyennes / Voces ciudadanas

Oligarchie à la dunkerquoise

Situation 1

En parcourant avec intérêt un des ouvrages d’Hervé Kempf, L’Oligarchie ça suffit, vive la Démocratie, je tombe sur la définition suivante : « l’oligarchie, ce n’est pas la dictature, c’est le gouvernement par le petit nombre des puissants. Entre EUX, ils discutent,réfléchissent, s’opposent rivalisent. Ils font « démocratie », mais entre eux, sans le peuple. Et quand la décision est prise, elle s’impose, même si l’on mettra les formes en l’habillant avec un art consommé la procédure électorale et la discussion publique » (p.35)

Je pose mon livre, lève la tête et voit, posé sur un coin de mon bureau la brochure de la Communauté Urbaine de Dunkerque sur l’Arena, imprimée sur papier glacé, dorée et blanche, pure, belle, resplendissante.

En une fraction de seconde la connexion se fait. Eux ce sont les élus communautaires, les décideurs, les banquiers, les multinationales. Ils décident pour nous de ce qui est bon : une salle de sport de 10.000 places à 250 millions d’euros. La décision est prise, on se frotte les mains, on sabre le champagne.

Mais l’un d’entre eux ose émettre un soupçon : les citoyens en temps de crise ne l’accepteront jamais.

Rires de l’assemblée.

Bien sûr que si, ils l’accepteront ! Sans sourciller même ! On va leur dire que le débat public a déjà eu lieu, et qu’une enquête publique va leur permettre d’accepter que tout çà est bon pour eux (encore faudrait-il qu’ils en comprennent le contenu). Ils n’iront pas creuser le dossier, ils sont trop cons ma foi.

Rires de l’assemblée.

Allez, arrêtons de nous préoccuper pour rien, reprenons du champagne, la nuit sera longue.

Situation 2

Au volant de mon automobile, j’écoute attentivement les infos matinales. FLASH INFO – « Aussi surprenant que cela puisse paraître, les brésiliens manifestent en masse contre LEUR Coupe du Monde qui va avoir lieu en 2014, plusieurs milliers de manifestants ont investi les rues des différentes villes brésiliennes… »

Je coupe.

J’arrive chez moi, allume l’ordinateur et découvre sur internet l’ampleur du mouvement de manifestation au Brésil. Aussi objectifs qui puissent être les informations (LOL) je comprends mieux après une courte recherche ce qu’il se passe là-bas : les brésiliens sont exaspérés par leur gouvernement, qui préfère investir en masse dans des évènements sportifs mondiaux que dans l’éducation, les transports publics, la santé, le social, etc.

Connexion.

Tiens, chez eux aussi, la démocratie se fait en cercles restreints. Et puis, apparemment chez eux aussi on pense que le sport va contenter et faire plaisir à tout le monde. Ou les détourner des véritables problèmes qui gangrènent le pays.

Merde.

Pourquoi les dunkerquois ne s’inspirent pas des brésiliens ? On n’a les mêmes raisons qu’eux de se révolter. Un taux de chômage élevé, des transports publics trop chers, un cadre de vie dégradé, une industrie en déclin, des projets qui saccagent le peu d’environnement qui nous reste…

J’en passe.

Si nos concitoyens ne chahutent pas nos élus communautaires sur le sujet de l’ARENA, c’est que 1) très peu connaissent réellement le dossier 2) tout le monde pense que le débat public a vraiment eu lieu. Faites le test : demandez autour de vous qui connaît le projet ARENA…

Ce n’est pas la concertation qui retarde le processus décisionnel, mais plutôt son absence ou sa défaillance. Certains devraient prendre cela en compte.

Mais j’oubliais, Dunkerque est dirigée par une oligarchie.

Guillaume Jacquemart

2 Commentaires

Classé dans Démocratie / Democracia, Voix citoyennes / Voces ciudadanas

La fin arrive. La nécessaire construction d’un Nouveau Monde

Ricardo Natalichio, La fin arrive. La nécessaire construction d’un Nouveau Monde, Ecoportal.net, 3 avril 2013 

Le monde tel que nous le connaissons arrive à sa fin. Quelques années en plus, quelques années en moins, s’il y a quelque chose qui est clair pour tout le monde c’est que le navire dans lequel l’humanité est embarqué, prend l’eau de toutes parts, il est recouvert de trous et il coulera irrémédiablement tôt ou tard. Ce bateau va couler parce qu’il ne supporte pas le poids des armes, de l’or, des voitures ; ni des inégalités et les injustices avec lesquels il a été construit. Mais il reste une opportunité.

La organisation de la société actuelle

La société dans laquelle nous vivons a été pensée et organisée par et pour ceux qui ont de l’argent et du pouvoir. Pratiquement tout ce qui nous entoure, au-delà même l’idée originale qui l’a formée, est passé par le tamis mercantiliste. Presque tout a été, avant d’arriver entre nos mains, converti en un produit qui rapporte le plus grand bénéfice possible à qui l’a fabriqué, ceci étant l’objectif principal.

Pour obtenir la plus grand bénéfice possible, il est presque sûr que le prix des matériaux utilisés a été baissé pour pouvoir le faire, les employés qui ont participé à sa production ont été payés le minimum possible, en augmentant parallèlement au maximum leur journée de travail. Dans beaucoup de cas la durabilité de l’objet a aussi été baissée, pour que nous soyons obligés de le remplacer en achetant un autre en peu de temps, et bien sûr des professionnels ont été engagés pour le convertir esthétiquement en un produit agréable à notre goût et plus encore, beaucoup d’argent a été investi pour générer en nous le désir de l’acheter.

Comme si tout cela n’était pas suffisant, dans la majorité des cas on a ignoré, ou tout au moins on a réduit au minimum possible dans la législation, l’attention portée sur l’impact environnemental généré par la production et le transport depuis sont lieu de fabrication jusqu’à sa destination finale. Et sa réutilisation n’a pas été prise en compte, ni ses possibilités de recyclage, ni la responsabilité du fabricant quand le produit devient désuet.

La colonisation de notre esprit

Pour que toutes les personnes qui vivent dans cette société qui a globalisé la consommation, soient utiles, obéissantes et passent leurs vies à essayer de subvenir aux désirs qu’on leur inculque depuis petit et que nous devons avoir ; pour que nous ayons l’argent et ce qui peut être acheté avec lui, devenant par la même occasion un objectif primordial dans nos vies, notre esprit est colonisé depuis le plus jeune âge.

Génération après génération, la colonisation de l’esprit des enfants devient plus simple, puisqu’on peut compter pour ce travail sur le soutien de tous les adultes dont les esprits se trouvent déjà remplis d’idées, de désirs et de peurs inculqués. Parents et professeurs se convertissent ainsi en complices du système, en le maintenant vivant une génération en plus, et puis une autre, et encore une autre. Nous convertissons nos enfants en de futurs maillons qui pourront s’adapter le mieux possible au système pour que nous soyons tranquilles et pour chasser nos craintes de les rendre différents,  »inadaptés ».

La conduite de notre psychologie se réalise essentiellement à travers deux points clés : nous générer des désirs (de consommer des choses ou des services) et s’insuffler des peurs (de la crise économique, des politiques, des invasions, des guerres, de la solitude, de l’abandon, etc). Notre esprit est inondé de tout cela chaque jour.

Nous vivons coincés entre les peurs et les désirs, qui ne sont même pas les vrais, ceux surgis depuis notre intérieur, depuis notre Être, sinon ceux qu’on nous fait parvenir depuis l’extérieur et que nous convertissons comme étant les nôtres. Dans toutes les décisions que nous prenons, ces peurs et ces désirs inculqués, jouent un rôle fondamental.

Nous croyons que nous sommes libres de choisir librement, parce que cela est l’illusion que l’on nous a créée. Mais nous choisissons ce que la société et la publicité nous disent ce que nous devons utiliser pour être acceptés, ce qui doit nous plaire, ce que nous devons acheter pour être heureux. Parce qu’en réalité, en général nous ne savons même pas ce que nous voulons, ce qui réellement nous plairait.

Peu de gens savent ce qu’ils veulent, et beaucoup moins peuvent choisir de le faire et de dédier leur temps à ce que réellement ils aimeraient faire et qui à la fois leur permettent d’obtenir les revenus économiques suffisants pour couvrir leurs besoins. Parce que c’est ainsi que tout est organisé, pour que les idéaux que nous avons en nous meurent petit à petit, pour que que nos véritables désirs, nos illusions, se heurtent encore et toujours contre la réalité et que peu à peu nous les laissons de côté, en les supplantant, en les oubliant, jusqu’à les haïr. Pour que nous soyons un maillon de plus dans une machine, dans un système. Sans questionnements, sans rêves ni désirs propres, remplis de peurs. Pour que nous ne prenions pas le temps de regarder ce que nous sommes réellement, ce que nous désirons vraiment. Pour que si nous n’arrivons pas à nous  »adapter » aux règles de ce système, nous ayons le sentiment qu’il y a quelque chose en nous qui ne tourne pas rond, que nous sommes ceux qui se trompent.

La peur nous convertit en des êtres individualistes, égoïstes. Elle nous rend mesquins, peu solidaires. Et ces désirs implantés en nous, nous provoquent seulement de la souffrance. Parce que ces désirs passent par trois stades. Ne pas pouvoir les satisfaire, la peur de perdre ce que nous arrivons à avoir les peu de fois que nous les obtenons et les avoir perdus.

Ce navire coulera, il nous faut seulement en construire un nouveau

Le monde tel que nous le connaissons est entrain d’arriver à sa fin. Quelques années en plus, quelques années en moins, s’il y a quelque chose qui est clair pour tout le monde c’est que le navire dans lequel l’humanité est embarqué, prend l’eau de toutes parts, il est recouvert de trous et il coulera irrémédiablement tôt ou tard.

Toute solution possible qui proviendra des mêmes personnes qui se trouvent être les bénéficiaires de ce système sera indéfectiblement une rustine pour maintenir à flot un peu plus longtemps le navire, pour faire durer et augmenter encore plus son bien être. L’unique solution soutenable, l’unique possibilité que nous ayons d’un véritable changement, devra surgir de nous-mêmes.

En éclaircissant ces deux questions, il nous reste à nous mettre à penser si réellement nous pouvons faire quelque chose à ce sujet, ou si simplement c’est une illusion de plus. La décision à prendre sur cela est en chacun de nous, c’est une affaire personnelle. Mais aujourd’hui elle se trouve totalement influencée par les peurs et les désirs qu’on nous a inculqués depuis tout petit. Nous ne sommes pas réellement libres de choisir, parce que nous ne sommes pas vraiment libres de penser. Notre esprit est attaché par des fils invisibles qui ne lui permettent pas de lever le voile sur ce qui se trouve au-delà de ces fils.

Libérer notre esprit, couper ces fils, est l’unique forme de pouvoir décider librement. Mais nous nous trouvons avec le problème suivant : ces fils sont invisibles. Nous ne pouvons pas simplement les chercher et les couper, parce que nous ne les voyons pas. Ainsi comme dans l’amour, dans le véritable amour tel qu’il a été décrit par Platon, ce qui nous lie à ce que nous aimons, sont des fils imperceptibles pour les cinq sens, et pour les trouver, nous devons les sentir.

La société dans laquelle nous vivons, tel que nous la connaissons, continuera dans cette voie jusqu’à son autodestruction, ce navire coulera de manière inévitable car il s’est heurté aux lois de la nature, celles qui ne peuvent se modifier, ni s’annuler dans les congrès, ni dans les salons présidentiels, encore moins dans les conclaves du pouvoir économique.

Il y a bien une autre opportunité, qui est de créer un nouveau navire. Refonder l’humanité sur des structures nouvelles, totalement différentes. Mais pour le faire, nous devrons changer chacun de nous, nous devons être capables de couper ces fils, de redessiner les structures qu’on nous a enseignées, et de ne plus suivre les formes telles que nous les connaissons. Ouvrir notre esprit, essentiellement notre cœur, pour sentir ces fils que nous arrêtent et que nous pouvons couper, pour que notre esprit soit libre et parte à la recherche de nouveaux chemins. Pour pouvoir transmettre à nos enfants, aux prochaines générations, les graves erreurs que nous avons commises et que nous continuons à commettre, beaucoup plus que de survaloriser nos petites réussites.

Si nous ne pouvons pas nous libérer de ces peurs et de ces désirs, de ces liens, nous coulerons avec le navire. Les bons et les mauvais, les riches et les pauvres, les politiques et les artisans.

L’humanité pourrait retourner à son avantage cette grande crise, il ne lui manque ni d’outils, ni de matériels, ni de ressources pour le faire. Elle n’a pas besoin de plus grandes connaissances scientifiques, ni d’avancées technologiques. Il n’est pas nécessaire de découvrir quelque chose de nouveau, de miraculeux qui nous sauve. Ce navire va couler parce qu’il ne supporte pas le poids des armes, de l’or, des automobiles, ni des inégalités et des injustices avec lesquels il a été construit. Mais notre cœur pourrait couper les fils, qui empêchent à notre esprit d’en construire un nouveau. Les plans existent pour le construire, c’est juste que jusqu’à maintenant, nous n’avons pas su où ni comment les chercher.

Poster un commentaire

Classé dans Voix citoyennes / Voces ciudadanas

Dejemos de ser complacientes con los ricos

¿Otra promesa electoral tirada a la basura? El aumento del porcentaje al 75 % sobre los ingresos superiores a 1 millón de euros fue rechazado por el Consejo Institucional. Y pienso que es mucho mejor finalmente. No es que crea que no se deben poner impuestos sobre los ingresos de las familias más acomodadas de Francia, al contrario, pero esta reforma era muy poco equitativa, ya que se basa sobre los ingresos de una persona y no de un hogar.
Por ejemplo, si en una familia, la mujer gana 1.2 millones de euros por año y el hombre no tiene ingresos, la mujer tendrá que pagar un 75% de impuesto. En cambio, en una familia donde la mujer y el hombre ganan cada uno 800.000 euros al año (es decir un ingreso total por año de 1.6 millones de euros) ninguno tendrá que pagar este impuesto ya que sus ingresos individuales no sobrepasan el millón de euros. Podemos ver entonces que el aumento del porcentaje al 75% es un espejismo político.
Es necesario, según yo, que el gobierno proponga otra versión de su ley y respete sus compromisos ante los franceses. Este impuesto debe existir para los hogares de las familias más acomodadas. Los pudientes no tienen que sentirse aún más por encima del común de los mortales, y que por “algunas” razones queden exentos de este impuesto.
Debemos dejar de ser complacientes con ellos. Ayer por la tarde eché una ojeada a un sondeo realizado por M6 para su noticiero en televisión que preguntaba a la gente lo siguiente: ¿El gobierno debe insistir sobre el tema del aumento de porcentaje al 75%? Los resultados sobre un número de 75 000 votantes fueron: 56% dijo no y sólo un 39% respondió sí.
Sin tocar el tema de la metodología de este sondeo, realizado además por M6, estoy desconcertado de ver que los franceses están listos para defender con uñas y dientes a estos (sus) ricos. ¿Será acaso que muestran compasión, imaginándose que si ellos ganaran tanto, no les gustaría pagar un 75% de impuestos? Salvo que nosotros nunca tendremos jamás estos ingresos anuales.
Cuando Philippe Torreton preguntó a Gérard Dépardieu cuando estaba en Bélgica, que si pensaba “que las peticiones de apoyo de los franceses al RSA iban a florecer un poco en la red” me digo que nos hubiésemos podido escapar un poco de eso. Los franceses prefieren poner atención a los inmigrantes, los Roms, los árabes, los negros, que es bien sabido, nos roban nuestro pan y saquean nuestro país.
Es más fácil y además son más accesibles que estos pudientes, quienes se ríen a gusto desde lo alto de sus pedestales, viendo a estos pobres idiotas matándose los unos a los otros, y consumiendo sus productos, sus películas, su música para enriquecerlos aún más.
El mundo funciona al revés y la mayoría aplaude, pidiendo siempre más. El espectáculo de marionetas nos aparta de la realidad y los titiriteros, ellos simplemente se burlan y lo disfrutan.

Guillaume Jacquemart

Traduccion : Natalia Lerin.

Poster un commentaire

Classé dans Voix citoyennes / Voces ciudadanas

Arrêtons d’être complaisant avec les riches

Encore une promesse électorale à jeter aux oubliettes ? La tranche d’imposition à 75% pour les revenus supérieurs à 1 million d’euros a été rejeté par le Conseil Constitutionnel. Et c’est tant mieux finalement. Loin de moi l’idée de ne pas taxer les revenus les plus aisés de France, au contraire, mais cette réforme était trop inégalitaire.

En effet, elle se base sur les revenus d’une personne, et non pas du foyer ! Par exemple, si dans un foyer, la femme gagne 1,2 millions d’euros par an, et l’homme est sans revenu, cette dernière sera imposée à 75%. Par contre, dans un autre foyer, si la femme et l’homme gagne chacun 800.000 euros par an (soit un revenu annuel pour le foyer de 1,6 millions d’euros) ni l’un, ni l’autre ne sera imposé à 75% car leurs revenus individuels ne dépassent pas le million. On voit très bien alors que la tranche d’imposition à 75% est un mirage politique.

Il est nécessaire, selon moi, que le gouvernement propose une autre version de sa loi et respecte ses engagements auprès des Français. Cette taxe doit exister pour les foyers les plus aisés. Il ne faut pas que les nantis se sentent encore plus au-dessus du commun des mortels, et pour quelques raisons se voient exemptés de cet impôt.

Il faut surtout arrêter d’être complaisant avec ces derniers. Hier soir, j’ai aperçu un sondage réalisé par M6 pour son journal télévisé qui demandait la chose suivante : taxation à 75%, le gouvernement doit-il insister ? Résultats sur 75.000 votants : 56% de non, 39% de oui !

Sans revenir sur la méthodologie de ce sondage, réalisé de plus par M6, je suis interloqué de voir que les Français soient prêts à défendre becs et ongles ces (ses ?) riches ! Font-ils preuve de compassion, en s’imaginant qu’eux, s’ils gagnaient autant, n’aimeraient pas être imposés à 75% ? Sauf qu’ils n’atteindront jamais ces revenus annuels.

Quand Philippe Torreton demande à Gérard Dépardieu parti en Belgique s’il pensait « que des pétitions de soutien de Français au RSA allaient fleurir un peu partout sur la Toile? »  je me dis qu’on y a peut être échappé de peu. Les Français, préfèrent taper sur les immigrés, les Roms, les Arabes, les Noirs, qui c’est bien connu, nous volent notre pain et pillent notre pays.

C’est plus facile, et en plus ils sont plus accessibles que ces nantis, qui du haut de leur piédestal, rigolent bien de voir ces cons de pauvres s’entretuer entre eux, et de continuer à acheter leurs produits, leurs films, leurs musiques pour les engrosser encore plus.

Le monde se marche sur la tête, et la majorité applaudit, en redemande toujours plus. Le spectacle de marionnette nous écarte de la réalité, et les marionnettistes eux se marrent.

Guillaume Jacquemart

Poster un commentaire

Classé dans Voix citoyennes / Voces ciudadanas

Participa a la financiación del documental DRECERES La Revolucio Integral

verkami_6d4440674854a98e5f83c56c12fbe362

La fuerza del capitalismo es de volver invisible las alternativas que lo cuestionan. Tiene entre sus manos los grandes medios de comunicación que participan a este proyecto de esconder a la gente lo que otras personan realizan fuera del marco capitalista.

Este documental, realizado por Gloria Matamala y Irene Colell, otorga la palabra a esas personas que crearon otras formas de educarse, curarse, trabajar o vivir. Otro modelo de vida es posible : unos empezaron a dibujar los primeros rasgos, esperando tener cada vez más gente con ellos.

Si querés que este documental nazca y sea difundido para que más gente conozca esa realidad, podés participar con tu apoyo económico y recibir, según la contribución que aportaste, el dvd del documental, tu nombre en los créditos como productor, etc.

acá tenés el link del proyecto

Poster un commentaire

Classé dans Alternatives / Alternativas, Voix citoyennes / Voces ciudadanas

Patrick Le Hyaric en la inauguración del “Pueblo del Mundo”: “¡Se debe compartir la riqueza en lugar de compartir la deuda!”

Humanité.fr, 17/09/2011

La intervención de Patrick Le Hyaric director de “Humanité” y diputado en el Parlamento Europeo en el Pueblo del Mundo en la Fiesta de la Humanidad 2011:

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Voix citoyennes / Voces ciudadanas

No nos equivoquemos de enemigos

Guillaume Jacquemart, 19/09/2011

Los políticos son maestros en el arte de engañarnos. La mejor de sus técnicas es esconder una verdad incómoda discutiendo una mentira que va a desviar la mirada de un problema real. El famoso « juguetito » del cual hablaba mi amigo Abdeslam en uno de sus artículos. Pero cuando la verdad que incomoda se vuelve importante, muy visible, la mentira ya no parece tan grande para poder ocultarlo.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Interculturalité - Interculturalidad, Voix citoyennes / Voces ciudadanas