PORTUGAL. Les syndicats appellent à la grève générale

Le Portugal, sous assistance financière, fera face l’année prochaine à une baisse de 2,8 % du PIB, plus importante que prévue, en raison des nouvelles mesures d’austerité du budget 2012 auxquelles les syndicats ont répondu par un appel à une grève générale.

« Le Portugal est au centre de la crise » qui frappe la zone euro, a dit le ministre portugais des Finances Vitor Gaspar en présentant les nouvelles mesures d’austérité prévues dans le budget pour l’année prochaine.

La dégradation de la situation économique « entraînera une contraction du PIB de 2,8%, après 1,9% cette année », a-t-il ajouté alors que jusqu’à présent le gouvernement de centre-droit prévoyait, pour 2012, une baisse de 2,3%.

Vitor Gaspar a expliqué qu’un « dérapage substantiel de 3,4 milliards d’euros », enregistré depuis le début de l’année était à l’origine de mesures encore plus rigoureuses que celles recommandées par le Fonds monétaire international et l’Union européenne qui, en mai dernier, ont accordé au Portugal une aide exceptionnelle de 78 milliards d’euros.

Une période d' »urgence nationale »

Quelques heures avant l’intervention du ministre, les deux principales confédérations syndicales portugaises, la GCTP et l’UGT, avaient appelé à une grève générale dont la date doit être fixée mercredi. « Nous avons décidé de proposer (…) le déclenchement d’une grève générale« , a dit le secrétaire général de la CGTP Manuel Carvalho da Silva en lançant « un appel très fort à l’indignation des travailleurs ».

La dernière grève générale unitaire au Portugal remonte au 24 novembre dernier. Elle avait été décidée contre la politique d’austérité suivie à l’époque par le gouvernement socialiste.

Le Premier ministre Pedro Passos Coelho avait déjà averti jeudi dernier que l’effort de redressement budgétaire serait « plus profond et comprendrait des mesures plus exigeantes », au moment où le pays connaît une période d' »urgence nationale ».

Malgré la détermination affichée par le gouvernement au pouvoir depuis juin, le pays peine à assainir ses finances publiques. Le déficit s’élevait toujours à 8,3% du PIB au premier semestre rendant plus difficile à atteindre l’objectif que s’est fixé le gouvernement de le ramener à 5,9% à la fin de l’année.

Le chômage doit monter à 13,4%

Afin de le réduire à 4,5% du PIB fin 2012, Pedro Passos Coelho avait annoncé lasuppression temporaire des 13e et 14e mois pour les fonctionnaires et les retraités aux revenus supérieurs à 1.000 euros et l’augmentation d’une demi-heure de la durée quotidienne du travail dans le secteur privé.

Ces nouvelles mesures d’austérité ont déjà fait descendre dans la rue, samedi, des dizaines de milliers de Portugais dans le cadre de la journée d’action mondiale des « indignés », le chômage atteignant 12,5 % et devant monter à 13,4% l’année prochaine.

Le ministre des Finances a précisé que pour redresser la situation financière l’année prochaine, le gouvernement prévoyait de réduire les dépenses de 7,46 milliards d’euros, dont 2,2 milliards provenant d’économies sur les salaires des fonctionnaires et deux milliards provenant de la réduction des prestations sociales. Les prévisions du gouvernement tablent parallèlement sur une augmentation des recettes de 2,89 milliards d’euros, dont deux milliards grâce à des hausses de la TVA sur certains produits qui iront jusqu’à 23%.

Le Nouvel Observateur – AFP

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Société / Sociedad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s