Après onze ans de hausse, l’emploi associatif recule

LesEchos.fr, par Marie Bellan

Le secteur associatif faisait jusqu’à présent figure d’exception en matière d’emploi. Entre 2000 et 2010, le secteur a gagné près de 370.000 postes. Et sur la seule année 2010, la progression était encore de 1,8 %. Des chiffres d’autant plus notables que le secteur privé concurrentiel a vu, lui, ses effectifs baisser dès le troisième trimestre 2008. La crise ne semblait ainsi pas avoir d’effet sur les associations. Mais cette parenthèse enchantée est bel et bien révolue, révèle l’enquête « La France associative en mouvement », réalisée par l’association Recherches & Solidarité. Avec trois trimestres de baisses successives (le dernier trimestre 2010 et les deux premiers trimestres 2011), le secteur a perdu 26.000 emplois (sur un total de 1,8 million de salariés pour 34,8 milliards d’euros de masse salariale distribué).

Il y a plusieurs explications à ce recul décalé dans le temps. La baisse des subventions publiques, à la fois de la part de l’Etat et des collectivités publiques, n’est intervenue qu’à partir du début 2010. Et les responsables associatifs ont pour la plupart attendu la fin de l’année scolaire 2010 pour réduire leurs effectifs. C’est dans le secteur culturel que les baisses d’emplois ont été les plus significatives. « Le sanitaire et le social ont beaucoup souffert également », note Jacques Malet, président de Recherches & Solidarité, « et ces emplois ne pourront pas être repris par des bénévoles. L’année 2010-2011 a été catastrophique et c’est tout un pan de la société, qui vit grâce à l’action des associations, qui va se trouver fragilisé », poursuit-il.

Sous la barre des 70.000

L’inquiétude des responsables associatifs est palpable aussi dans les chiffres de créations d’associations. Alors que le nombre de structures créées a augmenté régulièrement depuis 2005, passant de 68.000 à 73.000 en 2008-2009. « L’année 2009-2010 a mis un terme à cet élan et ramène le nombre de créations sous la barre des 70.000 », indique l’étude. En 2010-2011, ce tassement se confirme avec 66.543 nouvelles associations. Là encore, un effet de la crise. « La baisse des crédits publics peut décourager certaines volontés, mais c’est aussi un climat plus général de repli sur soi qui explique ce changement de tendance. Nous craignons un vrai retournement de l’élan associatif », affirme Jacques Malet.

Seule bonne nouvelle : le nombre de fondations d’entreprises (57 nouvelles sur un total de 311) et celui des fonds de dotation ont beaucoup augmenté en 2010. En septembre 2011, 759 parutions au  « Journal officiel » portent sur des créations de fonds de dotation, dont le concept existe depuis 2009.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Société / Sociedad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s