Pourquoi les démocraties vont disparaître

Le Post.fr, 19/09/2011

La versatilité de l’électorat et les craintes xénophobes sur lesquels jouent certains hommes politiques menacent le système politique.

Ce système politique vanté par tous est en passe de devenir contre-productif, voire dangereux. Il est proche de l’implosion. Pourquoi ?


Ce concept humaniste basé sur le suffrage universel (une personne = un vote) part d’une belle idée : chacun peut exprimer son opinion, revendiquer, choisir la politique qui lui semble la plus opportune.

Mais un « détail » a échappé aux grands penseurs qui ont façonné ce système politique : tout le monde n’a pas les compétences nécessaires pour participer à cette grande aventure humaine qu’est la gestion d’une société.

Regardons ce qui se passe aujourd’hui : la majorité des habitants de cette planète ont peu (ou pas) de soucis écologiques, considèrent le migrant comme un « étranger » (du terme « étrange »), placent l’aide au développement des pays pauvres à l’antépénultième rang de leurs préoccupations et n’ont pas de vision de la société à long terme.

Leur souci principal et permanent est l’argent, symbole de bien-être et de réussite sociale.

Le manque de culture et de savoir, mais aussi et surtout la nature humaine expliquent tout cela.

La voix des personnes qui ont une approche plus générale des problèmes et une bonne connaissance culturelle, économique et géostratégique du monde, compte aussi bien sûr. Mais la logique mathématique étant ce qu’elle est, le petit pourcentage de votes éclairés est noyé dans la masse de l’expression « populaire ».

Cela a pour conséquence directe la montée du nationalisme, du communautarisme, le retour des idéologies des années 40, un certain retour de flamme des religions.

Eh oui, car les partis politiques, constamment en quête de voix, disent à leur électorat ce qu’ils ont envie d’entendre.

– Certains partis proposent d’embaucher on ne sait combien de fonctionnaires, en faisant fi de la logique économique (clientélisme oblige).
– D’autres absolvent l’agriculture intensive qui cause pourtant des ravages (clientélisme oblige).
– Certains encore pointent du doigt l’immigré en le faisant passer pour le responsable de tous les maux de nos sociétés (clientélisme oblige).

Les conseillers, les enquêtes d’opinion façonnent les programmes politiques, et le monde économique se charge d’en « verrouiller » le contenu.

De Gaulle, Mitterrand, Kennedy, Gorbatchev, Thatcher, Kohl (qu’on les aime ou non) ne suivaient pas l’opinion, mais proposaient, innovaient, dirigeaient. Ils avaient certes pour eux le contexte international, mais également l’autorité des grands capitaines.

Ces grands décideurs ont disparu, laissant la place à une nouvelle génération de personnalités politiques. Celle-ci est populiste, parle fort et de façon familière, parfois même vulgaire.

Elle est, ou arrive peu à peu, au pouvoir. Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, Berlusconi, Rick Perry (le candidat républicain du Texas), Sarah Palin, Geert Wilders, Mélenchon, en font partie. Lorsqu’une majorité de pays sera dirigée par ces personnes intransigeantes, peu soucieuses du développement de la planète, occupées à satisfaire les besoins « primaires » de leur électorat, le système implosera.

N’en déplaise aux partisans de « l’extrême démocratie », nos sociétés ont évolué grâce à un faible pourcentage de précurseurs, d’innovateurs, d’humanistes, de créateurs.

Que la voix du citoyen lambda compte autant que celle de cette « élite » est un non-sens. Et il est à craindre que l’avenir proche nous le confirme.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Politique / Política

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s