L’espagnole Banco Santander veut plaire aux « indignés »

Sandrine Morel, Le Monde, 29/07/2011

En plein mouvement des « indignés » en Espagne, Banco Santander tente de regagner  la confiance du public : à partir  du 1eraoût, la première banque du pays offrira à ses clients un moratoire de trois ans pour le remboursement du capital de leur crédit immobilier sur leur résidence principale, s’ils ont perdu leur emploi ou que leurs revenus ont baissé de plus de 25 %. Restera à leur charge le paiement des intérêts, qui courront donc sur trois années supplémentaires.

L’établissement espère faire  d’une pierre deux coups : redorer  son image, très abîmée par la crise, et résoudre  le problème des taux d’impayés, qui ont atteint en Espagne le niveau record de 6,7 % et ne cessent d’augmenter , plombant les bénéfices et mettant en cause la solidité des banques.

« Nous avons pensé que nous devions agir  pour améliorer  l’image et la perception [de nous] qu’ont certains fragments de la population, surtout les jeunes », a souligné le directeur général, Alfredo Saenz, lors de la présentation des résultats du premier semestre 2011, mercredi 27 juillet.

SOLUTION PROVISOIRE

Depuis le 15 mai, les « indignés », ces citoyens mobilisés « pour une vraie démocratie », ont paralysé une cinquantaine d’expulsions immobilières, mettant en lumière le drame vécu par de nombreuses familles en Espagne, où le taux de chômage dépasse 21 % : ces trois dernières années, près de 300 000 saisies immobilières ont été dictées, ce qui sature le marché et faitbaisser  les prix.

La solution proposée par Banco Santander a provoqué un tollé auprès de l’Association des utilisateurs de banques, caisses d’épargne et assurances d’Espagne (Adicae), qui réclame un moratoire de trois ans sur les saisies immobilières. « La banque réagit à l’indignation populaire avec des manœuvres trompeuses qui augmenteront le poids des hypothèques dans ses bénéfices,a-t-elle dénoncé dans un communiqué. L’hypothéqué paiera deux fois les intérêts pour un même argent prêté. »

La mesure permettra toutefois de soulager  provisoirement les personnes frappées par la crise, affirme M. Saenz, qui donne l’exemple d’une famille ayant contracté un prêt de 125 000 euros sur vingt-cinq ans, et qui verrait ainsi ses mensualités passer  de 600 à 300 euros.

Jeudi 28 juillet, on apprenait que les rémunérations du conseil d’administration de Banco Santander et de ses directeurs généraux avaient augmenté, au premier semestre 2011, de 24 % par rapport à la même période de 2010. Peut-être pas l’annonce idéale pour redorer  l’image de la banque…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Economie / Economía

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s