Eric Besson défend la liberté d’expression sur Internet

En quête de science, le 21/06/2011

Pour le pouvoir, Internet est difficilement supportable. Un « lieu » qui est partout et nulle part, où n’importe qui peut dire (presque) n’importe quoi et être lu par des milliers ou des millions de personnes qui, elles-mêmes, répondent et s’expriment tout aussi librement… Non, décidément, ce n’est pas tolérable. Lorsque, pendant des décennies, voire des siècles ou des millénaires, la parole a été monopolisée par l’élite, celle qui monte à la tribune devant des foules exaltées, qui dispose d’un microphone pour se faire entendre, d’une caméra pour se faire voir, de journaux pour se faire lire, il est bien difficile d’abandonner cette privauté particulière des puissants: un accès privilégié aux médias.

Car, finalement, comment les dirigeants se font-ils élire? Passent-ils un examen? Sont-ils sélectionnés sur leurs talents d’homme d’état, leur art de l’économie, de la gestion ou de l’organisation? Pas le moins du monde. Il leur suffit de parler. C’est ainsi qu’un homme comme Jean-Marie Le Pen peut n’avoir jamais participé au moindre gouvernement et se retrouver au second tour d’une élection présidentielle. A la seule force de son verbe.

Dernier avatar en date, le remarquable Éric Besson a lancé un projet de décret gouvernemental autorisant, tout simplement, selon l’AFP, « les autorités à filtrer voire bloquer des sites internet sans passer par la justice ». Ce texte émanant du ministère de l’Économie numérique s’appuie sur l’article 18 de la loi sur la Confiance dans l’économie numérique (LCEN)  votée en 2004. Il prévoit que  » les autorités administratives puissent de leur propre chef mettre en demeure l’éditeur d’un site, l’hébergeur ou le cas échéant les fournisseurs d’accès internet, de faire cesser toute « activité » comportant à leurs yeux un « risque sérieux et grave d’atteinte à l’ordre public », toujours selon l’AFP.

Pas de chance, le Conseil national du numérique (CNN) mis en place en mai par l’Élysée, a publié aujourd’hui un avis négatif sur ce texte. Le CNN rappelle que « toute mesure de blocage ne peut intervenir qu’au terme d?un débat contradictoire sous l’appréciation et le contrôle préalable du juge ». Pire, il s’inquiète d’une texte qui ait « vocation à offrir aux autorités administratives des pouvoirs d’injonction à l’encontre de toute activité de commerce électronique ».

A un an des élections présidentielles et législatives, il se trouvera sans doute quelques esprits chagrin pour soupçonner le gouvernement de tentation de mettre Internet sous tutelle de l’État. Éric Besson vient de prouver le contraire avec brio. En effet, si telle était son intention, il n’aurait pas livré au tout nouveau CNN un texte aussi grossier. Grâce à ce geste improbable, Éric Besson défend avec une grande efficacité la liberté d’expression sur Internet. Merci, Monsieur le ministre…

source : http://www.franceculture.com/blog-en-quete-de-science-2011-06-21-eric-besson-defend-la-liberte-d-expression-sur-internet.html?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s