« Il est temps de penser à dépénaliser toutes les drogues »

Source : Metro

Fred Bladou, chargé de mission actions communautaires à Aides, milite pour que la France adopte le modèle portugais de lutte contre la drogue et d’aide aux toxicomanes.

 

Le 2 juin, la Commission mondiale sur la politique des drogues a écrit dans un rapport que la guerre mondiale contre la drogue a échoué. Est-ce le moment de tenter une autre stratégie? 

Ce rapport est très important puisque c’est la première fois que des personnages politiques et publics majeurs, d’anciens ministres, chefs d’Etat et même Kofi Annan, l’ancien secrétaire général de l’Onu, remettent publiquement en question les politiques de guerre contre les drogues menées depuis 40 ans. Ils disent que cette guerre coûte des fortunes monumentales pour un résultat inefficace puisque de plus en plus de gens se droguent et qu’il y a de plus en plus de drogue en circulation. Il est temps de mettre l’argent de cette guerre inefficace dans la prévention et les traitements. Il suffit d’observer le modèle portugais: grâce à une mise à disposition de traitements de substitution et à une prise en charge sociale et psychologique des toxicomanes, le nombre d’usagers par injection a chuté de moitié en dix ans. Il est vraiment temps de réfléchir en France à une dépénalisation de l’usage de toutes les drogues. Il faut modifier les termes de la loi sur les stupéfiants de 1970. Il faut surtout cesser de faire la guerre toute la journée aux consommateurs. Le harcèlement judiciaire et policier est complètement contre-productif car il pousse les usagers à la clandestinité, les expose à plus de violences de la part des dealers et est un frein à la mise sous traitement.

Daniel Vaillant, député socialiste, préconise dans un rapport de légaliser la production de cannabis (et donc de l’organiser au niveau de l’Etat) sans dépénaliser sa consommation. Qu’en pensez-vous?
Aides va signer samedi 18 juin la 35eme édition de l' »Appel du 18 joint », qui demande la légalisation du cannabis afin notamment de pouvoir l’utiliser comme moyen thérapeutique. Mais je pense que sur cette question, il faut un véritable débat national. En laissant de côté les considérations idéologiques, morales et religieuses concernant l’usage des drogues – comme de l’alcool d’ailleurs -, pour étudier la question sous l’angle de la santé publique. En France, 52% des jeunes ont déjà pris au moins une fois du cannabis. Douze millions de Français en tout. Et il y a 550 000 fumeurs quotidiens ! Cela fait 30 ans que ces chiffres augmentent. Les discours alarmistes des politiques qui usent de lieux communs et d’amalgames du genre « qui fume un joint un soir se piquera le lendemain » ou « qui fume un joint de temps en temps va se mettre à voler et n’ira plus travailler » sont non seulement faux mais aussi complètement contre-productifs. La question n’est pas de dire si c’est bien ou pas bien de se droguer, mais de faire en sorte de baisser le nombre d’overdoses, le nombre de personnes dépendantes, le nombre de contaminations au VIH, etc. Le débat doit avant tout concerner la santé, pas la sécurité – puisque la guerre à la drogue a démontré son inefficacité. Mais tel que les maires de Sevran et de Saint-Ouen – qui demandent à l’armée de faire le ménage dans les quartiers – l’abordent, je crains que le débat ne se limite à nouveau à une approche sécuritaire, qui considère les usagers comme des coupables en puissance.

Pensez-vous que l’exemple portugais puisse être adapté à la France?
Oui, à condition que l’on augmente les crédits dédiés à la prévention, aux traitements et à la prise en charge des toxicomanes plutôt qu’on ne les coupe, comme c’est le cas actuellement. Et qu’on rende les traitements de substitution plus accessibles. La France aurait tout à y gagner car la décriminalisation viderait un peu les prisons – je rappelle que dans les prisons françaises, 9000 personnes sont enfermées pour détention ou usage de cannabis – et diminuerait la délinquance. Autant d’économies pour la justice et l’administration pénitentiaire !

Pour en savoir plus lire : « Au Portugal, la drogue se combat autrement. »

Site web d’Aideswww.aides.org

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Société / Sociedad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s