L’ex premier ministre islandais jugé pour sa mauvaise gestion de la crise.

Source : Gara 

La mauvaise gestion de la crise financière en Islande a placé le pays au bord de la ruine. Sur le banc des accusés est assis l’ex premier ministre conservateur Geeir H.Haarde, qui a reçu hier la confirmation de l’accusation pour négligence aggravée . Les médias islandais pensent que le procès aura lieu après l’été. 

L’ex premier ministre conservateur islandais Geeir Haarde a affronté hier la première session préliminaire d’un procès auquel il sera soumis pour grave négligence durant son mandat, durant lequel s’est produit la crise bancaire.

Le tribunal de Landsdómur est chargé d’étudier le cas. Créé en 1905 pour juger des membres du Gouvernement, ce tribunal spécial n’avait jamais fonctionné durant les 67 années d’indépendance de l’île. Il est formé par cinq juges du Tribunal Suprême, d’un président de tribunal de première instance, d’un professeur d’université de droit constitutionnel et de huit citoyens désignés tout les six ans par le Parlement.

L’inculpation de Haarde, 60 ans, a été possible grâce au Althingi (Parlement islandais) qui l’a décidé en septembre 2010 par 33 votes en faveur contre 30, en suivant le conseil du rapport préalable de la commission d’investigation sur les responsabilités de la crise.

Hier le tribunal devait confirmer l’accusation, mais les médias locaux considèrent qu’il est probable que le procès ne commence qu’après l’été.

Dans l’arrêt d’accusation préliminaire, une peine est requise pour Haarde, non spécifique, pour avoir violé la loi sur la responsabilité des ministres à ne pas écouter les avertissements qu’il a reçu sur une imminente crise des principales banques islandaises. Selon le fiscal, malgré les avertissements, Haarde n’a adopté aucune mesure pour réduire les effets de la crise avant qu’elle ne se produise, et n’a pas exercé de pression sur les banques pour qu’elles vendent leurs actifs et ainsi diminuer les risques.

La crise bancaire, qui a obligé à nationaliser les principales banques, a placé l’Islande, qui a dû recevoir l’aide du FMI, dans la pire crise de son histoire récente. Le FMI, qui a remis à l’île des prêts pour une valeur de 1.200 millions d’euros, continue de vouloir intervenir dans la politique islandaise. Lundi, trois jours après avoir approuver un versement de 155 millions d’euros, le FMI a affirmé que le principal défi de l’Islande pour sa récupération sera l’élimination des contrôles de capital imposés pour affronter la crise, ainsi que la réduction du chômage.

Les protestations populaires ont provoqué en janvier 2009 la chute du Gouvernement de conservateurs et de sociaux démocrates. Depuis avril 2009, une coalition de la gauche (sociaux démocrates et  »rouges/verts ») gouverne avec une majorité absolue un pays qui négocie maintenant son entrée dans l’UE.

Traduction Guillaume Jacquemart

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Démocratie / Democracia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s